ville de a z

Réduire la taille du texte Normaliser la taille du texte Grossir la taille du texte

decouverte

titre clic interieur

picto lettre picto bus picto dechets
Signaler un problème Transports Ordures ménagères
picto couverts picto infos picto permanences
Restauration scolaire Numéros d'urgence Permanences

1-Route-de-NozayA l'origine, le territoire est juste traversé par les habitants qui se rendent à l'église de Nozay. Au XVe siècle, on recense environ 140 âmes dans ce qui est déjà devenu une petite ville, La Ville du Bois. Si l'accroissement de la population est très lent au cours des siècles, il se fait très rapide au début du XXe, sous l'effet de l'extension de la région parisienne. Aujourd'hui, constitué en majorité d'habitat individuel et d'un tiers de bois, le territoire compte plus de 7 000 habitants.

La création du hameau de La Ville du Bois remonte au Xe ou XIe siècle. Le village s'est construit petit à petit au croisement de deux grands chemins d'origine gauloise reliant respectivement Villejust à Montlhéry et Marcoussis à Ballainvilliers. C'est grâce à l'existence de nombreuses sources naturelles et à la proximité de la route royale de Lutèce à Orléans que ce petit hameau s'étend rapidement.

C'est le 30 septembre 1386 qu'apparaît pour la première fois le nom de La Ville du Bois dans un document d'aveu et dénombrement rendu au roi : "fief tenu par Jean de la Neuville, de Nozay et de La Ville du Bois".

L'église

A l'origine (XVIe siècle), Saint Fiacre n'était qu'une modeste chapelle. Compte tenu du développement de la commune, sur les deux siècles qui suivirent, elle dut être agrandie 5 fois. L'église était, bien sûr, un lieu de culte, mais aussi de rassemblement, d'information et de décision pour le conseil du village et ses habitants, fonctions aujourd'hui assurées par la mairie et le conseil municipal.

L'école des garçons occupa d'abord un local aujourd'hui détruit, à l'angle des rues Grande et de Gaizon. Ensuite, elle fut installée dans un autre bâtiment, au coin des rues du Grand Noyer et des Cailleboudes.

Découvrez comment l'histoire de La Ville du Bois a croisé le chemin de plusieurs personnalités.

Un petit train, l'Arpajonnais, reliait Arpajon aux Halles de Paris via une quinzaine de villes. Il longeait La Ville du Bois en empruntant l'actuelle RN 20, sur le territoire de Ballainvilliers. Malgré sa vitesse modeste (environ 15km/h), il fut assez utilisé car, à l’époque, il n’y avait que ce moyen de transport pour aller à Paris. En service entre 1894 et 1936, il acheminait fruits, légumes et passagers.

Retour
FetePeinture-19
rainbowroad_144
GalaEMMD2014